Entretien avec un agent Interviews

JEROME HERRGOTT – SUPER AGENT

Survivre dans la jungle parfumée n’est pas chose aisée pour une maison indépendante. Il faut s’armer d’une bonne dose de courage et de volonté et savoir s’entourer. C’est ici qu’interviennent ces chevaliers au nez affûté qui officient dans l’ombre, passionnés, dévoués à la cause de la belle parfumerie confidentielle, j’ai nommé les « SUPER AGENTS » … parce qu’il faut vraiment être super pour accompagner la création d’un autre, la défendre comme la sienne et la faire exister face à 1000 autres. Jerome HERRGOTT, fondateur et dirigeant de Spray Conseil partage sa vision dans notre Entretien avec un Agent.

Être un super agent, était-ce votre destinée ? Racontez-nous votre métamorphose …

Pas du tout! J’ai été piqué par le virus du parfum en 2012, par hasard, comme Spiderman et son araignée. Après une école de commerce option marketing, je me destinais au monde des médias. Au bout de 4 ans, je me suis rendu compte que c’était beaucoup trop chiffré à mon gout et peu créatif. C’est ainsi que je suis entré en master à l’institut Français de la Mode, où j’ai passé sans doute l’année scolaire la plus géniale de ma vie, une sorte de paradis…avant de me frotter à l’enfer de la mode… Piqué d’indépendance, je décide d’ouvrir un restaurant avec une amie, aventure qui a duré 5 ans.

Puis je trouve, par le réseau de mes amis de l’IFM, un poste de responsable commercial dans une marque de parfum indépendante, Heeley, et là, un monde incroyable s’ouvre à moi : des parfums subtils et déroutants, des ingrédients de qualité, des galeries de personnages talentueux, souvent drôles… un mix entre création, marketing, commercial, tout ce que j’aime! Et puis l’indépendance me rappelle il y a 3 ans, et paf, je deviens SuperAgent ! Depuis, j’aide une dizaine de marques indépendantes à se développer en France.

En 2020, quel super-vision posez-vous sur la parfumerie indépendante ?

Mon super-nez sent que 2020 va encore être une année un peu chaotique en terme commercial, car les magasins indépendants vont devoir se refaire une trésorerie mise à mal par les grèves de décembre. Dans les nouvelles positives, je sens qu’une nouvelle génération de revendeurs apparait, avec une vraie quête d’authenticité, de qualité et de transparence, et une clientèle qui leur ressemble va à leur rencontre. Concernant l’offre dans les parfumeries indépendantes, je pense que les marques qui ont été rachetées par les grands groupes vont petit à petit en sortir, car on va les trouver dans tous les grands magasins, elles ne seront plus aussi exclusives.

Toujours autant de lancement de nouvelles marques, qui oublient souvent de penser à leurs clients et font d’abord plaisir à leurs créateurs ! Elles vont devoir se poser la question de leur distribution: faut-il être partout, sur tous les marchés, dans un maximum de points de vente, ou bien faut-il les sélectionner, quitte à faire moins de chiffre d’affaire rapidement, mais être pérenne sur le long terme…des choix cornéliens bien évidemment ! Et puis depuis quelques mois, ma super-vision voit une tendance au naturel apparaitre, avec un engouement des clients et des grands magasins…même si entre naturel et synthétique, le débat est toujours vif !

Quels sont vos super pouvoirs pour repérer les marques que vous souhaitez défendre ?

Deux armes: mon super nez et mon super coup de coeur ! Je cherche des marques avec une identité forte, un concept qui tient la route (la marque dont le concept est: je fais des parfums avec des ingrédients de qualité et avec des grands parfumeurs n’a plus aucune chance aujourd’hui!) , des parfums intéressants, qui me racontent quelque chose, et avec des conditions commerciales raisonnables.

C’est aussi une rencontre avec les créateurs de la marque, il faut qu’il y ait une vraie connexion sinon c’est difficile de travailler ensemble! Et enfin que je sente que la marque a un potentiel sur le marché français, dont les gouts restent assez conservateurs.

Quel est le code d’honneur d’un super agent pour mener à bien sa mission secrète ? 

De mon coté je m’engage à présenter les marques et les parfums à mon réseau de revendeurs, à être disponible pour toute question, demande, interrogation, événements divers…et à être persévérant!

En revanche, ce n’est pas suffisant pour développer une marque indépendante: il faut que de son coté, la marque offre évidemment de beaux produits, mais aussi des conditions commerciales attractives, qu’elle soit active en communication et en marketing, qu’elle fasse parler d’elle. Cette partie n’est pas du ressort du super agent mais est indispensable pour que les revendeurs aient confiance en la marque et aient envie de la pousser.

Une super aventure parfumée à nous raconter … ?

Une aventure rigolote : lors d’un passage dans une parfumerie à Limoges, où je racontai mon aversion envers le oud, la responsable du magasin me fait tester un parfum qui aurait du me faire changer d’avis sur cet ingrédient.

Les 5 premières minutes me convainquent presque…je reprends le train pour Paris, et l’odeur commence à se répandre dans le wagon. Et là j’ai découvert un nouveau super pouvoir: faire disparaitre mes voisins, qui sont tous partis les uns après les autres, eux aussi très incommodés . Non je ne vous dirais pas quel était ce parfum 🙂

No Comments
Previous Post
2 février 2020
Next Post
2 février 2020

.